Regina Phalange

11 août 2009

onze

Onze jours. C'est totalement surréaliste, totalement saugrenu. Comme si c'était possible allons bon. Je promet à ma sœur de faire plein de choses mais c'est seulement au moment où les mots sortent de ma bouche qu'on se rend compte que ce sera impossible. Que je ne serais plus là. Non, on ne peut pas tout avoir, tout on ne peut pas. Et en plus on peut ne rien avoir des fois, mais ça c'est un autre problème.

Le boulot d'été, le même que celui des samedis le reste de l'année. Des heures qui servent un peu a rien quand il n'y a personne ou que madame devient hystérique. Et l'agressivité des gens qui monte aussi vite que les températures dehors. Enfin voilà, j'préférais quand c'était que le samedi. Je préférais quand la liste des choses à faire et à penser en onze jours ne tenait pas sur huit feuilles recto-verso.

Sur netvibes j'ai modifié la ville dont je voulais connaitre la météo. The weather you know, très important the weather. Aujourd'hui il y a une alternance de nuages et d'éclaircies et 23°C du côté du mercure. Pas loin de ce qu'on a ici je crois. Mais j'suis pas sure, il y a la clim au boulot.

J'ai fabriqué un carnet jaune et puis ça y est je commence à dire au revoir. Le week-end prochain sera mon dernier ici, notre dernier week-end. Au téléphone Cl. m'a seulement dit d'être à 18h sur la place, je ne sais rien de plus. Onze. Comme une équipe de foot. Onze, et demain ? Ben dix !

Posté par regiiina à 23:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]


04 août 2009

dix-huit jours

Je n'ai plus le temps pour rien. Le boulot d'été, le déménagement, les préparatifs. J'ai acheté une grosse valise, j'ai passé la semaine dernière dans les administrations. L'impression que ça ne finira pas, que je n'aurai pas fini avant de partir. L'impression que je ne serai pas prête. Pourtant il faudra, ça se passera, d'une manière ou d'une autre ça se passera.

Je voudrais une naissance sans encombres, je la voudrais au plus vite et que la famille s'agrandisse.

Posté par regiiina à 23:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juillet 2009

Posté par regiiina à 19:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

pendant ce temps là

à F. elle dira que j'ai les cheveux bien plus courts. elle dira que je suis célibataire et que j'ai été déçue par le fameux concert. que je partirai, ça elle l'a déjà dit. et il se dira encore une fois, même si c'était plus la peine, qu'il a bien fait de m'oublier le jour où il m'a oublié. à elle je n'ai pas dit l'essentiel, j'ai dit le minimum, l'indispensable. alors rien sur E., rien sur décembre ni les mois qui suivirent, rien sur les étoiles.
et C. le même jour c'est bizarre. mais c'est naturel, comme si le fil ne s'était jamais coupé. en fait il s'est juste un peu trop tendu. j'espère que ce fil est un tant soit peu élastique, ce serait mieux.

une soirée surréaliste, avec une guitare et des gens autour. du n'importe quoi, du très drôle. du n'importe quoi. en fait je ne sais pas ce qu'elle dira à F., en fait je n'ai jamais rien su de ce qu'elle pouvait lui dire sur moi. ça a toujours été un problème, toujours.
.

" What do you think ?
About what ?
About us kind of belonging together ?

What about this lamp ? You think Paul will like this lamp ?

Yea, he'll-he'll love it. What do you think ?

I think two wrong don't make a right.

Meaning what ?

Meaning us : two wrongs.

What if we're not ? What if we're two rights and everybody else is wrong ?

Either way we're gonna be screwed, Axel.

But at least we can be screwed together. "

Axel & Grace - Arizona Dream (1993)

 

Posté par regiiina à 14:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 juillet 2009

DSC_0430

Il ne reste plus que mes meubles dans l'appartement, mes meubles et toutes les affaires de ma coloc, mon ex-coloc. Je fais des aller-retours selon mes horaires de travail et je reviens toujours chargée. Ma chambre ici est pleine de ce qu'il y avait dans ma chambre là-bas alors c'est un peu le bazar. Ma coloc, elle, ne me manquera pas. Parce qu'on était pas sur la même longueur d'onde voilà. L'appartement non plus je crois. Ce qui me manquera c'est le boulevard. Malgré tout, malgré la violence de la ville. Le boulevard aux platanes, qui passe devant la gare et va jusqu'à la place. Mon boulevard. C'est la ville qui me manquera, et les villageois.

Posté par regiiina à 23:33 - Commentaires [3] - Permalien [#]

22 juillet 2009

Regina

    " La ville qui fit le plus avec le moins " : telle est la définition que donna l'écrivain Pierre Breton de la capitale de la Saskatchewan, fondée au milieu d'une plaine dépourvue d'arbres, pratiquement sans eau, sur un sol qui se transformait en boue après la pluie et en poussière sous les rayons du soleil. A peine un siècle après l'arrivée du train de la Canadian Pacific, Regina possède de superbes édifices et équipements publics, presque autant d'espaces verts qu'Ottawa et une forêt urbaine de 350 000 arbres. Centre régional des producteurs de blé du sud de la Saskatchewan, elle accueille de nombreuses institutions gouvernementales.

.

A part les parapluies j'ai aussi une autre passion. Les guides de voyage. Je m'arrête devant le rayon  de la fnac à chaque fois. Avec le rayon des romans japonais/chinois/coréens/vietnamiens en poche aussi. Je m'arrête et je lis des p'tits bouts, des p'tits bouts du bout du monde. Le Japon, la Jordanie surtout, je prends ceux avec des images. Je lis des détails, je voyage. Un long week-end à Saint-Petersbourg, why not ?
Mais aujourd'hui c'était différent. Aujourd'hui j'ai parcouru le rayon mais ce n'était plus au hasard. Aujourd'hui je n'ai pas reposé les guides avant de passer aux romans japonais. Je vais dans un pays trop grand pour être visiter quand on ne fait pas ça à plein temps. Je vais dans un pays trop grand, moi qui suis plus habituée aux petites îles. Le premier guide pèse trois briques et j'ai pris aussi le routard parce que c'est pratique.
Je me demande si un jour je verrai Petra. Je me demande si un jour je mangerai du boeuf de Kobe, à Kobe.

Posté par regiiina à 23:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 juillet 2009

Dare tomorrow, it's just another day...

Tomber de Charybde en Scylla : " échapper à un inconvénient, un danger, etc., pour tomber dans un autre plus grave. "

Et maintenant il faudrait que j'arrête de tomber, maintenant il faudrait que je commence à compter. Trente-deux aujourd'hui, et demain trente-et-un jours. C'est un compte à rebours. Je jongle entre les listes de choses à faire, je jongle entre les villes et ne compte plus les aller-retours. Le reste, la plupart du temps, j'arrive à l'oublier. Je lis les cartes postales en rentrant du boulot et me gave de framboises. Il y a Na., et Cl., il y a mes soeurs le week-end. J'veux dire, à part le reste ça va.

Posté par regiiina à 13:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]